Compteur communicant Linky

Le programme Linky épinglé par la Cour des Comptes

Le programme Linky est “un dispositif coûteux pour le consommateur, mais avantageux pour Enedis.”  Ainsi  la Cour des Comptes donne-t-elle le ton de son rapport sur le déploiement des compteurs communicants. Rapport sévère donc, qui met l’accent sur le peu de bénéfice que tire le consommateur de cette installation. Des conditions avantageuses pour Enedis Si…

Électricité renouvelable : 18 % de la consommation française au 1er trimestre

Le panorama de l’électricité renouvelable du 1er trimestre 2017, élaboré par RTE, le Syndicat des énergies renouvelables (SER), Enedis et l’association des distributeurs d’électricité en France, montre que l’électricité de source renouvelable a couvert pendant cette période 18 % de la consommation française (19 % sur les douze derniers mois). Pour arriver à l’objectif fixé pour 2018 par la Programmation Pluriannuelle de l’Energie (PPE), il va falloir mettre les bouchées doubles, et encore plus pour atteindre celui fixé par l’Europe à l’horizon 2020.

Le parc renouvelable installé a progressé de 462 MW pendant les trois premiers mois de l’année, à la quasi-totalité pour l’éolien (71 %) et le solaire (20 %). La France a donc une puissance totale de production d’électricité renouvelable – hydroélectricité, solaire photovoltaïque, éolien et bioénergies – de 46 932 MW, soit 90 % de l’objectif 2018 entériné par la PPE.

Fiabilité métrologique des compteurs communicants : En France, pas de doute sur Linky

Pour répondre à l’étude néerlandaise, dont nous nous sommes fait l’écho dans ces pages, sur le manque de fiabilité des compteurs communicants déployés aux Pays-Bas, Enedis et les constructeurs de compteurs Linky, utilisés en France, ont publié un communiqué de presse : “Les constructeurs de compteurs communicants de type Linky confirment la fiabilité métrologique des compteurs communicants actuellement déployés sur le territoire français”  expliquant que ceux-ci ne sont en aucun cas concernés par cette étude, car ils ne fonctionnent pas avec les systèmes incriminés.

Les fabricants (Sagemcom, Itron, Landis+Gyr, Ziv, Cahors et Elster) expliquent en effet que l’étude néerlandaise met en cause l’effet Hall et l’effet Rogowski pour le comptage des données de consommation électrique, or Linky n’utilise aucun de ces systèmes et fonctionne selon deux principes différents : “Les constructeurs Sagemcom, Itron, ZIV et Elster développent des compteurs Linky qui n’utilisent pas de capteurs à effet Hall ou Rogowski pour l’acquisition métrologique, car ils reposent sur une mesure réalisée via un « shunt » (résistance de faible valeur) pour les compteurs monophasés et/ou un transformateur de courant pour les compteurs triphasés. Le constructeur Landis+Gyr utilise une méthode différente de mesure basée sur une solution Embedded Coil qui garantit l’ensemble des exigences légales métrologiques pour toutes les conditions représentatives du terrain.”

Fiabilité métrologique des compteurs communicants : En France, pas de doute sur Linky

Pour répondre à l’étude néerlandaise, dont nous nous sommes fait l’écho dans ces pages, sur le manque de fiabilité des compteurs communicants déployés aux Pays-Bas, Enedis et les constructeurs de compteurs Linky, utilisés en France, ont publié un communiqué de presse : “Les constructeurs de compteurs communicants de type Linky confirment la fiabilité métrologique des compteurs communicants actuellement déployés sur le territoire français”  expliquant que ceux-ci ne sont en aucun cas concernés par cette étude, car ils ne fonctionnent pas avec les systèmes incriminés.

Les fabricants (Sagemcom, Itron, Landis+Gyr, Ziv, Cahors et Elster) expliquent en effet que l’étude néerlandaise met en cause l’effet Hall et l’effet Rogowski pour le comptage des données de consommation électrique, or Linky n’utilise aucun de ces systèmes et fonctionne selon deux principes différents : “Les constructeurs Sagemcom, Itron, ZIV et Elster développent des compteurs Linky qui n’utilisent pas de capteurs à effet Hall ou Rogowski pour l’acquisition métrologique, car ils reposent sur une mesure réalisée via un « shunt » (résistance de faible valeur) pour les compteurs monophasés et/ou un transformateur de courant pour les compteurs triphasés. Le constructeur Landis+Gyr utilise une méthode différente de mesure basée sur une solution Embedded Coil qui garantit l’ensemble des exigences légales métrologiques pour toutes les conditions représentatives du terrain.”